Accueil Entreprises Recherche G2RM Notes et docs Formation Plan du site
Introduction
Réseaux sans fil
WiFi
WiMAX
Bluetooth
Zigbee
Téléphonie mobile
GSM
GPRS
UMTS
Téléphonie par satellite
Iridium
Global Star
Système de
positionnement par satellites
Galiléo
Glonass
Balises de détresse
Argos
Cospas-Sarsat
Technologie RFID
Les normes IEEE
 
 
Les communications sans fil

gsm2

Technologie RFID
(Radio-Identification)

La radio-identification (RFID, radio frequency identification), est une technologie permettant d’identifier un objet, d’en suivre le cheminement et d’en connaître les caractéristiques à distance grâce à une étiquette émettant des ondes radio, appelés « radio-étiquettes » (ou RFID Tag). Les radio-étiquettes sont de petits objets, tels que des étiquettes autoadhésives, qui peuvent être collées ou incorporées dans des produits.

La technologie RFID permet la lecture des étiquettes même sans ligne de vue directe et peut traverser de fines couches de matériaux (peinture, neige, etc.).

 

Les étiquettes radiofréquences  RFID

L’étiquette radiofréquence est composée d’une puce de silicium reliée à une antenne, encapsulées dans un support (RFID Tag ou RFID Label), permettant de recevoir et de répondre aux requêtes radio émises depuis l’émetteur-récepteur. Elle est lue par un lecteur qui capte et transmet l’information.

Les puces électroniques contiennent un identifiant de type EPC (electronic product code).
L'une des réponses les plus simples possibles est le renvoi d'une identification numérique, par exemple, celle du standard EPC-96 qui utilise 96 bits. Une table ou une base de données peut alors être consultée pour assurer un contrôle d'accès, un comptage ou un suivi donné sur une ligne de montage, ainsi que toute statistique souhaitable.

 

étiquette RFID
(source image  : commentcamarche.net)

 

On distingue 3 catégories d’étiquettes RFID :

  1. Les étiquettes en lecture seule, non modifiables
  2. Les étiquettes « écriture une fois, lecture multiple »
  3. Les étiquettes en « lecture réécriture »

 

Dans un second temps, on distingue également trois grandes familles d'étiquettes RFID :

  1. Les étiquettes actives, reliées à une source d'énergie embarquée (pile, batterie, etc.), leur permettant d'émettre un signal. Les étiquettes actives possèdent une meilleure portée mais à un coût plus élevé, avec une durée de vie restreinte, et un encombrement plus important. Cependant, une émission active d'informations signale à tous la présence des tags et pose des questions quant à la sécurité des marchandises.
  1. Les étiquettes semi-actives, n'utilisant leur batterie pour émettre des signaux. Elles agissent comme des étiquettes passives au niveau communication. Mais leur batterie leur permet, par exemple, d'enregistrer des données lors du transport. Ces étiquettes sont utilisées, par exemple, dans les envois de produits sous température dirigée et enregistrent la température de la marchandise à intervalle régulier.
  1. Les étiquettes passives, utilisant l'énergie propagée à courte distance par le signal radio de l'émetteur. Ces étiquettes à moindre coût sont généralement plus petites et possèdent une durée de vie quasi-illimitée. En contrepartie, elles nécessitent une quantité d'énergie non négligeable de la part du lecteur pour pouvoir fonctionner.

 

Les lecteurs

Les lecteurs sont des dispositifs actifs, émetteurs de radiofréquences qui vont activer les marqueurs qui passent devant eux en leur fournissant à courte distance l'énergie dont ceux-ci ont besoin. La fréquence utilisée peut varier selon les générations de lecteurs, allant de 125 kHz à 2.45 GHz.

Une fréquence plus élevée présente l'avantage de permettre un échange d'informations à des débits plus importants qu'en basse fréquence. Les débits importants permettent l'implémentation de nouvelles fonctionnalités au sein des marqueurs (cryptographie, mémoire plus importante, anticollision). En revanche, une fréquence plus basse bénéficiera d'une meilleure pénétration de la matière.

L'anticollision est la possibilité pour un lecteur de pouvoir dialoguer avec un marqueur lorsque plus d'un marqueur se trouvent dans son champ de détection.

 

Applications de la technologie RFID

La RFID permet de répondre à un grand nombre de besoins :

  1. Traçabilité des bouteilles de gaz
  2. Suivi des colis
  3. Suivi des vêtements de travail loués
  4. Identification des animaux : remplace le tatouage
  5. Gestion des livres d’une bibliothèque
  6. Identification des wagons

Les applications RFID s’appuient sur différents standards dépendant des fonctionnalités exigées par les processus métier et par certaines contraintes locales (ex. : bande de fréquence de transmission ou puissance nécessaire).

Le système EPC (Electronic Product Code ou Code produit électronique) représente le réseau de la traçabilité des objets. Il prévoit notamment l’identification unitaire des objets (étiquettes à codification séquentielle) et se rattache à un réseau de partage des données sur Internet. EPC a été impulsé par les grands acteurs mondiaux de l’industrie du commerce et des systèmes d’information.

 

Inconvénients du système RFID

Les principales difficultés auxquelles le standard RFID doit faire face sont en voie d’être surmontées :

  1. Coût de l’étiquette (plus de 0,10€ pour les moins chères) ;
  2. Gestion de l’anti-collision en cas de lecture de nombreuses étiquettes en simultané ;
  3. Lecture au travers des fluides ;
  4. Adoption ou convergence trop lente de certains standards ;
  5. Remise en cause de processus anciens.

Il demeure cependant la question de l’éthique dans le principe d’identification par radiofréquence, soulevant certaines questions morales comme :

  1. Possibilité d'atteinte à la vie privée dans le cas de marqueurs « furtifs » ;
  1. Utilisation des informations contenues par les marqueurs de passeports pour agresser sélectivement et par simple proximité physique les ressortissants de certaines nationalités ;
  1. Marquage abusif de personnes ayant emprunté certains types de livre (politique, etc.) comme indésirables dans les fichiers d'employeurs potentiels ou d'un État répressif ;
  1. Problèmes potentiels de souveraineté numérique/économique ;
  1. Cas des étiquettes RFID sous-cutanées relevant du droit à l'intégrité physique.


Rubrique rédigée en août 2007 par Yoann Lelievre (INSA Rennes) pour le Groupe Régional de Recherche en Micro-ondes (G2RM).

Haut de page

Copyright © 2015 Aceli - tous droits réservés